Rapport moral de l’association Oliwon Lakarayib

Rapport présenté le Samedi 30 Janvier 2021, par la présidente Elsa JUSTON, lors de notre assemblée générale. Compte rendu à lire ici


« Tout a commencé lors d’une conversation avec Muriel.  Nous nous rendions compte combien il était difficile de parler de nous-mêmes. Combien il était difficile de trouver des supports pédagogiques pour enseigner notre territoire et notre histoire.

La conversation s’est poursuivie avec Bruno et Elisabeth, des personnes qui depuis longtemps œuvrent pour la prise en compte de ces aspects.

Par la suite, nous avons décidé de passer à l’acte, de former une équipe et de nous réunir. C’était un 4 juillet 2019. C’est ainsi que sont arrivées, Laury, Stéphanie Fabienne, Lauriane, Nadine, Florence et Ghislaine.

Les discussions ont été passionnées. Je suis certaine qu’à ce moment-là, certains, ici présents, se sont demandé dans quoi on voulait les embarquer. Même si tous ceux du 4 Juillet 2019 n’ont pas pu continuer l’aventure, pour des raisons diverses et variées, un groupe s’est formé.

Très vite, nous sommes tombés d’accord sur une chose : notre projet s’adresse au grand public, il ne s’agit pas d’une association de professeur.es pour des professeur.es.

Il lui fallait une identité visuelle, ancrée dans ce que nous sommes.

Alors, après beaucoup de recherches et d’échanges nous avons choisi un nom en créole. Avec la créativité de Florence, nous avons vu apparaître un logo, notre Caraïbe encadrée de nos leitmotivs et de notre vision.

Comment nous exprimer, sous quelle forme ?

Là encore, nous sommes allés très vite. Nous savions que nous voulions faire des vidéos pour parler au plus grand nombre et en particulier aux jeunes, mais pas seulement. Nous savions que nous voulions donner la parole à ceux qui le souhaitaient, qu’il y avait des travaux à partager et nous savions que nous aurons des choses à publier, à écrire, à diffuser.

Le socle d’Oliwon Lakarayib est né.

Aujourd’hui Oliwon Lakarayib c’est une plate-forme numérique dédiée à la vulgarisation scientifique en donnant des choses à voir, à écouter et à lire à ceux qui veulent savoir à ceux qui veulent comprendre et à ceux qui veulent se détacher des idées reçues et des théories du complot qui pullulent sur les réseaux sociaux.

Oliwon Lakarayib a accueilli Jean-Luc, Jean-Michel et récemment Daniel, et  c’est aujourd’hui le travail de 14 professeurs d’histoire et de géographie, 14 bénévoles qui donnent de leur temps qui travaillent beaucoup à côté de leurs activités professionnelles et de leur vie personnelle.

Nous sommes également des militants car nous sommes engagés dans la défense dans la connaissance dans la valorisation de notre histoire et de nos territoires

Il ne s’agit pas de nous couper du monde ni de nous enfermer sur nous-mêmes.  Il ne s’agit pas de faire le tri dans notre histoire mais il s’agit de la regarder en face de la comprendre de mettre à jour ce que nous savons en nous appuyant sur les travaux des chercheurs et des spécialistes.

Il ne s’agit pas non plus de seulement décrire de localiser mais il s’agit également de redonner sa place à la géographie et au géographe qui en tant qu’expert du territoire a des choses à apporter.

Il ne s’agit pas de faire la morale ni d’analyser les choses perpétuellement de manière sensible et en position de victimes, il s’agit plutôt d’être acteurs d’être décideurs et surtout de se positionner dans la transmission.

Alors coïncidence, Oliwon Lakarayib s’est construit dans un contexte difficile et parfois chaotique. Nous avons dû nous exposer très vite dans les médias et nous positionner en donnant des éclairages à ceux qui le souhaitaient.

Cela n’a pas été simple car nous n’étions pas prêts, nous n’avions pas décidé d’occuper la scène médiatique, ni même de concentrer les regards. Nous pensions modestement que nos productions suffiraient pour qu’elles soient comprises et pour qu’elle soit diffusées.

Mais le défi est important, difficile, et en face, le faux, le complot, l’amateurisme et l’escroquerie sont en bonne place.

Mais la soif de savoir, le désir d’apprendre et d’entendre et  de comprendre sont aussi importants.

Nous faisons confiance à l’esprit critique et en l’humanité. C’est pour cela que nous nous engageons dans une deuxième année de production de création et d’événements.

Alors dans quel état d’esprit accepte-t-on de devenir la présidente d’une telle association ?

Avec beaucoup de modestie, d’humilité et avec la volonté de donner à ceux produisent dans le comité éditorial, leur espace pour montrer ce qu’ils savent et pour s’exprimer.

Je ne souhaite pas aller à l’affrontement avec ceux qui ne veulent pas entendre, mais je souhaite apporter les clés pour permettre une prise de conscience, une analyse.

Nous savons que nous nous engageons sur le temps long, nous savons que notre plate-forme ne peut pas tout changer du jour au lendemain et nous savons surtout que nous aurons besoin de soutien pour la développer au mieux.

Car nous ne vivons pas dans une bulle nous sommes bien au cœur de la cité et nous savons que celle-ci ne se développe que grâce à l’engagement et à la clairvoyance de ceux qui la dirigent.

Alors je souhaite que, quelque soit leur bord politique, qu’ils soient à l’écoute et prêts à nous accompagner.

Nous comptons également sur vous, cher.es membres pour nous aider à toucher un maximum de personnes. Chaque j’aime, chaque commentaire, chaque partage est un plus dans la diffusion de la connaissance. Chaque encouragement, chaque idée est un soutien dans un travail de longue haleine.

Je terminerai mon propos en citant Frantz Fanon. Cet auteur que l’on ne présente plus a écrit :

« Chaque génération doit, dans une relative opacité découvrir sa mission, la remplir ou la trahir. »

Il ne s’agit pas d’effacer, ni de remplacer des générations sous prétexte qu’elles représenteraient le passé, mais il s’agit plutôt de regarder avec respect ce que les générations passées ont fait, de comprendre ce qu’elles n’ont pas pu faire, d’analyser pourquoi elles n’ont pas pu le faire, avant de soi-même de s’engager dans le faire.

À l’heure où, ce qui est récent, jeune, paraît de fait juste et légitime, gagnons en humilité et donnons de la place à ceux et à celles qui ont fait, regardons ce qui est encore à faire, pour avancer ensemble, vers une meilleure connaissance de nous-mêmes. »

Elsa JUSTON

Présidente


Notre projet vous intéresse ?

Devenir membre de l’association pour participer aux événements organisés pour les membres et bénéficier de la gratuité ou de tarifs préférentiels.

Faire un don pour permettre à l’association de s’équiper et valoriser ses productions par la publicité.