Categories:

Comment progressent les idées et les actions abolitionnistes ?  


L’onde de choc provoquée par la Révolution de Saint-Domingue, la première abolition de l’esclavage en 1794 suivi de son rétablissement en 1802 et l’indépendance haïtienne en 1804, ébranle sérieusement le mouvement abolitionniste français et plus largement européen.  

Les élites françaises, les Blancs des colonies, hantés par le spectre d’une possible subversion en appellent à la responsabilité des abolitionnistes. Ils s’en relèvent donc difficilement.  

La timide renaissance abolitionniste commence à partir de 1815, axant désormais leurs revendications sur leur refus de la violence, et de tout projet d’abolition immédiate, les abolitionnistes refusent d’être accusés d’inciter à l’indépendance des colonies. Cet abolitionnisme français entre 1804 et au moins jusqu’au Trois Glorieuses (1830) s’apparente plutôt à un simple courant d’idées abolitionnistes tant il manque d’unité et de cohérence.  

Dans les colonies, les esclaves ne peuvent compter que sur eux-mêmes et le combat abolitionniste n’est porté que tardivement par quelques libres de couleur dont Cyrille Bisette. 



Bibliographie : 

ADÉLAÏDE-MERLANDE Jacques (dir.), L’Historial antillais, Édition Société Dajani, 1980, tome 3. 

C. JENNINGS Lawrence, French anti-slavery under the Restoration : the “Société de la morale chrétienne” [article] Outre-Mers. Revue d’histoire, Année 1994 304 pp. 321-331  

DORIGNY Marcel, Les abolitions de l’esclavage, Que sais-je ?, PUF, 2018.  

DORIGNY Marcel et GAINOT Bernard, Atlas historique des esclavages : De l’Antiquité à nos jours, Paris, Éditions Autrement, 4e édition, 2017. 

RÉGENT Frédéric, La France et ses esclaves : de la colonisation aux abolitions (1620-1848), Paris, Éditions Grasset, 2007. 

RÉGENT Frédéric, Les maîtres de la Guadeloupe propriétaires d’esclaves (1635-1848), Paris, Éditions Tallandier, 2019. 

SCHMIDT Nelly, L’abolition de l’esclavage : Cinq siècles de combats (XVIe-XXe siècle), Paris Éditions Fayard, 2005. 

L’Histoire mensuel n° 353 daté mai 2010, La France et ses esclaves. 

Tags:

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
28 × 7 =