Podcast 20: Le préjugé de couleur en Martinique au XVIIIème siècle avec Jessica PIERRE-LOUIS.


Oliwon Lakarayib reçoit Jessica Pierre-Louis, docteure en histoire, et chercheuse indépendante qui contribue à mieux faire connaître la société martiniquaise et caribéenne à l’époque moderne notamment en mettant à jour les processus de d’élaboration des discrimination raciale et statutaire. Elle a élargi son action en intégrant la dimension patrimoniale dans ses activités afin de mieux faire connaître la richesse culturelle de la Martinique.


Discussion:


0’24: Présentation de Jessica Pierre-Louis
1’49: Pourquoi choisir de travailler sur le préjugé de couleur?
4’25: Le préjugé de couleur (définition, origine et évolution)
11’30: A propos de la catégorie des libres de couleurs
17’55: Le racisme dans les colonies françaises au XVIIIe, une spécificité?
19’40: Le préjugé de couleur en France
22’35: A propos de la terminologie liée à la couleur aux Antilles
27’35: A propos de l’utilisation actuelle de cette terminologie
28’25: Comment déconstruire ces catégories de couleur?
29’39: L’expérience de Jessica PL en tant que chercheuse indépendante
32’22: Pourquoi le blog Tan Listwa?
33’29: A propos du projet de la Pagerie
38’42: Les projets futurs
41’27: le mot de la fin

Bibliographie:

« Femmes de couleur libres et donations », Clio, Femme, Genre, Histoire, « Le genre dans les mondes caribéens », Belin, n°50, 2019. 

« La couleur de l’autre : L’altérité au travers des mots dans les sociétés coloniales françaises du Nouveau Monde (XVII-XVIIIe siècle) », dans Karine Bénac (dir.), Poétique et Politique de l’altérité. Colonialisme, esclavagisme, exotisme (XVIIIe–XXIe siècles), Garnier, collections rencontres, n°418, Série Le dix-huitième siècle, n°31, 2019, pp 143-154. 

« Fortune et catégorisation des libres de couleur à la Martinique au XVIIIe siècle », Cahiers des Anneaux de la mémoire « Couleur et liberté dans l’espace colonial français, début 18e siècle – début 19e siècle », n°17, 2017. 

Case-Pilote, Bellefontaine, Le Morne-Vert, Le Carbet, entre mer et pitons, H.C. édition, 2016, 96 p. 

Les Libres de couleur face au préjugé : franchir la barrière de couleur à la Martinique aux XVIIe et XVIIIe siècles, thèse de doctorat d’Histoire, AIHP-GEODE EA 929, juin 2015 à l’U.A.G. 

« La barriera del colore alla Martinica. Liberi di colore che si spacciano per bianchi (secoli XVII-XVIII) »in Quaderni Storici, 1/2015, pp. 49-68. 

« La présence des esclaves dans les registres paroissiaux des libres : le contrôle juridique confronté à la réalité des relations sociales d’Ancien Régime. », dans Jean-Gabriel Montauban et Dominique Aimé Mignot (éd.), Esclavage et servitude aux Antilles, l’héritage antique et médiéval- XVIIe –XXe, L’Harmattan, 2015. 

« Les libres de couleur à Basse-Pointe, au Macouba et au Prêcheur, de 1665 à 1774 »dans Bulletin de la Société d’Histoire de la Guadeloupe, n° 161-162, janvier-avril, mai-août 2012, pp. 77-102. 

Tags:

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
24 ⁄ 8 =